Télécharger : La pratique de l’expression écrite en pdf

Télécharger : La pratique de l’expression écrite en pdf

Extrait : 

Donner les premières indications de lieu et de temps Les lieux. Où l’histoire commence-t-elle ? Dans quel pays, quelle ville, quel village ? On peut décrire un ensemble ou, au contraire, insister sur un élément du décor : arbre, rue, objet que contemple un personnage. Quand le lieu est exotique (désert, forêt vierge.) ou imaginaire (ile rêvée, autre planète..), le dépaysement charme le lecteur et le pousse à en savoir plus. Les temps. Quand l’histoire s’est-elle déroulée? Donner des précisions sur l’époque, l’année, le mois, etc. Le récit historique accroche un lecteur par le dépaysement tem porel qu’il apporte le passé mystérieux dont il annonce l’évocation.
Mettre les personnages en scène Pour ouvrir le récit, un, deux ou trois personnages
suffisent. On peut : les faire agir de suite, – introduire un premier dialogue, – utiliser le monologue du narrateur ou de l’un des personnages, –
esquisser un rapide portrait ou procéder par allusions,
Amorcer l’intrigue La situation initiale. Tout début correspond à une situation initiale, un état qui va évoluer, que les événements vont perturber, transformer, parfois abolir complète ment. D’emblée, on peut faire pressentir des changements et donc créer un suspense. la perturbation. Dans la plupart des cas, il est souhaitable d’introduire, dès le début, un événement perturbateur. Ainsi, dans la première page du Sagouin, de Mauriac, une mère gifle son enfant. Cet événement inattendu, comme la présence de détails insolites (objets, animaux, personnages) peuvent éveiller la curiosité du lecteur. La fin peut être le début du récit. On peut parfois commenc par la fin de la fiction. Dans le roman policier par exemple, la découverte d’un cadavre amène l’enquêteur à remonter à l’envers l’histoire de la victime.
Cliquez ici pour télécharger en pdf